Les damnés et Mort à Venise sont deux exemples parfaits de ce que devrait être le cinéma décadentiste.